Dons au Musée du château en 2021

Si les musées sont aujourd’hui en mesure de présenter des collections d’exception, c’est grâce à la générosité de donateurs, de collectionneurs passionnés et d’artistes qui participent à leur enrichissement.

Les collections du Musée du château de Dourdan proviennent principalement des dons de particuliers, d’institutions ou encore de l’association des Amis du château et du Musée de Dourdan.

TABLEAU D’EMMANUEL ZAMOR

Don de l’association des Amis du Château et du Musée de Dourdan

En avril 2021, l’association des Amis du Château et du Musée de Dourdan a fait l’acquisition auprès d’un collectionneur privé d’un tableau signé Emmanuel ZAMOR. Grâce au don des Amis, l’œuvre a intégré les collections du musée.

Tableau d'Emmanuel Zamor
Rue Grouteau à Dourdan, Emmanuel ZAMOR, 1978 © Musée du château de Dourdan

L’œuvre

Rue Grouteau à Dourdan

Huile sur panneau, 1878

Dimensions : 20 x 30,5 cm

Signée et datée “E. Zamor 1878”

Portrait photo d'Emannuel Zamor
Emmanuel Zamor photographié par Maurice Nadar

L’artiste

Manuel Pierre Hubert Zamore dit Emmanuel Zamor (1840-1919) est un artiste peintre et auteur-compositeur français d’origine brésilienne ayant fait carrière en France.

Fils d’un couple de français, Pierre Emmanuel Zamore et Rose Neveu, il nait au Brésil à Salvador de Bahia en 1840. Arrivé à Paris en 1845, il étudie la musique et le dessin à l’académie Julian. À partir de 1869, Zamor apparaît comme compositeur et parolier de chansons, pour un répertoire comprenant 205 titres. Il fait ses débuts en 1870 au Salon de Paris sur les conseils de son professeur Nicolas Berthon. On le retrouve au Salon des artistes français de 1880, 1884, 1887 et 1897.

Avec sa première épouse, il emménage à Dourdan, au 15 rue Grouteau (aujourd’hui rue Raymond Laubier), probablement de 1873 à 1881. Veuf, il retourne à Paris puis s’installe à Créteil où il décède en 1919.

En 1984, 37 toiles de l’artiste sont redécouvertes dans une vente chez Christie’s Paris par un marchand d’art. Données au Museu de Arte de São Paulo, elles font l’objet d’expositions.

IMPRIMÉS, DESSINS, ARCHIVES

Grâce au don d’un collectionneur privé, le Musée du château s’enrichit de documents d’archives et d’illustrations.

Photo XIXème châtelet
Châtelet et contre-escarpe du château de Dourdan au XIXe siècle - Photographie © Musée du château de Dourdan

Photographies, cartes postales et dessins illustrant la ville de Dourdan au XIXème siècle et dans les années 1970

Rue Saint Pierre et rue d’Étampes enneigées, l’entrée de la maison de retraite Jean Sarran, le Poney Club sur la route de Sainte Mesme, l’église, la rue de l’abbé Gérard, l’entrée du château, vues aériennes… Toutes les photographies sont datées et signées au dos. Les panneaux de signalisation routière et les modèles des voitures stationnées ne laissent aucun doute sur les années de prises de vue !

Parmi cette collection, deux photographies anciennes sur carton (fin XIX – début XXème siècles) nous montrent l’entrée du château et un panorama de la ville de Dourdan.

Vue rapprochée d'une archive
Loi de 1792 décrétant l'autorisation de transformer le château en prisons et maison de force © Musée du château de Dourdan

Archive de 1792

“Loi relative à l’établissement des Prisons et d’une Maison de correction dans le département de Seine-et-Oise. Donnée à Paris, le 13 Mai 1792, l’an 4 de la Liberté.”

Ce document atteste l’autorisation de l’acquisition du château de Dourdan par le directoire du département de Seine-et-Oise, suite à sa demande urgente, pour y établir des prisons et une maison de correction et ce, “à la charge des administrés”.

Sceau des armoiries de Dourdan dans sa boîte
Matrice d'un sceau en cire de 1792 et sa boîte représentant les armoiries de la municipalité de Dourdan © Musée du château de Dourdan

Matrice d’un sceau de 1792

Conservé dans sa boite, cette matrice de sceau en cire datée de 1792 mesure 3,2 cm de diamètre. L’objet représente les armoiries de la “municipalité de Dourdan” : trois fleurs de lys et trois pots encadrés par des branches de lauriers.

Dessin des armoiries de la ville
Dessin colorié des armoiries de Dourdan daté de 1790. N° inv. 2006.0.348 © Musée du château de Dourdan

Le musée conserve également dans ses collections un dessin colorié de 1790 qui aurait servi de modèle pour l’exécution du sceau.

Il figure un écu d’azur, trois pots d’argent, trois fleurs de lys d’or sur chef de gueule, couronnées de perles. Trois branches de lys rattachées par un ruban remplacent le laurier.

La devise de la ville “Ils sont de fer” apparaît dans un autre ruban. Elle fait référence aux poteries à pâte rouge du XIIIème siècle composées d’un argile ferreux, leur donnant leur couleur rouge caractéristique et leur solidité.

MOBILIER DE L’ANCIEN HÔTEL-DIEU

Chandelier d'église XIXème en forme d'ange
Chandelier d'église en forme d'ange de style néo-gothique, XIXème siècle © Musée du château de Dourdan

Don du Centre Hospitalier Sud Essonne

À l’occasion de la mise en vente de l’ancien hôtel-Dieu de Dourdan par le Centre Hospitalier Sud Essonne Dourdan-Étampes (CHSE), un inventaire du mobilier inscrit Monument historique, encore en place dans la chapelle et la sacristie, est établi entre le futur acquéreur, le CHSE et la Commission des Antiquités et Objets d’Art (CAOA, rattachée à la Conservation Régionale des Monuments Historiques).

Des collections de l’hôtel-Dieu déposées au Musée du château entre 1967 et 1999 sont actuellement exposées au public dans la maison-musée. Leur statut est en “dépôt”, le CHSE en est toujours propriétaire.

En 2021, 39 objets provenant de l’ancien hôtel-Dieu viennent compléter les collections patrimoniales du Musée du château grâce au don du CHSE, notamment :

  • 14 stations du Chemin de croix de la chapelle en cuir bouilli (1868) ;
  • Deux chandeliers d’église en forme d’ange de style néo-gothique (XIXème siècle) ;
  • Une photographie d’ensemble de l’intérieur de la chapelle de l’hôtel-Dieu.